Des Conditions extrêmes

A) L'obscurité

   Que ce soit sur terre ou à la surface de la mer, la lumière s'est révélée indispensable à la vie, elle permet la production des matières organiques (grâce à la photosynthèse des végétaux chlorophylliens) nécessaires aux organismes hétérotrophes qui sont toujours dépendant des autotrophes. Or dans les abysses, la lumière est très rapidement absorbée et devient inexistante après les 200 mètres de profondeur. La photosynthèse y est donc impossible, de plus les animaux y vivants ne peuvent plus compter sur leur vue. Face à ce manque de matière organique, et d'éclairage, les organismes doivent compter sur d'autre sens que la vue et trouver d'autres manière de se nourrir.     


B) La pression

    La pression est le plus important facteur environnemental qui agit sur les organismes des abysses. La pression augmente d'une atmosphère (atm) tous les dix mètres de profondeur. Dans la mer profonde la pression varie de 20 à 1000 atmosphères, bien que la pression de la plupart des mers soit de 600 atm environ. A 10 000m  la pression atteint une valeur de 1000 atmosphère soit 1000 kg/cm² ! Jusque  récemment, les scientifiques manquaient  d'informations détaillées sur les effets directs de la pression sur la plupart des organismes des abysses, parce que presque tous les organismes des grands fonds marins sont arrivés à la surface morts ou mourants (leur organisme n'étant pas habitué aux pressions faibles de la surface, ils ne peuvent pas y survivre).


C) Les températures

      Les deux zones des plus grandes et plus rapides variations de température sont:

- la zone de transition entre les eaux de surface et les eaux profondes (la thermocline ou l'entre deux eaux).

- la zone de transition entre les grands fonds marins et l'eau chaude des sources hydrothermales

       La thermocline a une épaisseur variant de quelques centaines de mètres à près de mille mètres. En dessous de la thermocline, la masse d'eau des abysses est froide et beaucoup plus homogène. Les thermoclines sont plus forts dans les régions tropicales, où la température de la zone épipélagique est généralement supérieure à 20 ° C. De la base de la zone épipélagique, la température descend jusqu'à atteindre 5 ou 6 ° C à 1.000 mètres. Ensuite, elle continue à diminuer mais le taux de diminution est beaucoup plus lent. En dessous de 3.000 à 4.000 m de profondeur, l'eau est isotherme. À toute profondeur donnée, la température est pratiquement stable pendant de longues périodes. Il n'y a pas de variations saisonnières de température, ni de changement annuel. Aucun autre habitat sur la Terre n'a une température aussi constante. Les cheminées hydrothermales sont le contraste direct avec une température constante. Dans ces systèmes, la température de l'eau qui ressort des cheminées peuvent atteindre 400 °C ( l'ébullition est conservée par une pression hydrostatique élevée), tandis que quelques mètres plus loin, elle peut être de 2 à 4 ° C seulement.

 

SUITE

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site